Par delà le conflit de légitimité

14 mars 2008

Nouvel épisode d’un mouvement enregistré depuis quelques mois: l’intrusion de plus en plus pressente des avocats dans le Web 2.0.

C’est aujourd’hui Eric Dupin qui se voit attaqué sur le terrain juridique, attaqué d’ailleurs sur des bases bien ténues, et qui semblent relever d’autres objectifs que le simple respect désintéressé de la loi.

Comme lors de précédents épisodes, il est frappant de constater l’écart entre le langage des nouveaux médias et celui des anciens, qui est au fond celui que les avocats relaient.

L’incompréhension est réciproque.

Du coté des anciens médias et des célébrités qu’ils ont suscitées, on attaque au hasard, sans comprendre précisément ce que l’on reproche, sans surtout se rendre compte qu’employés à mauvais escient, les moyens juridiques ont toutes les chances de se retourner contre leurs auteurs. Sur le nouveaux médias, les débats suscités par un mauvais procès se déploieront bien au-delà de ce qu’imaginent ceux qui les ont provoqués, ils concentreront une attention et une publicité que leurs initiateurs n’ont certainement pas mesurées, et qui dépasseront de loin les enjeux du procès. Les attaquants comprendront -mais trop tard- que ce sont des discussions qu’ils auraient eu bien mieux fait d’éviter.

Du coté des nouveaux médias, en dépit de la blogosphère juridique et de ses éminents représentants, on semble ignorer bien largement le fonctionnement de la justice. Mon soutien aux blogueurs en difficulté étant acquis en totalité, je ne peux m’empêcher de remarquer que leur perception du droit tend parfois vers la caricature. Qu’un avocat menace -c’est parfois son métier- et comme dans Molière, ils se voient à moitié condamnés: « Eh! Monsieur, si vous le pouvez, sauvez-vous de cet enfer-là. C’est être damné dés ce monde que d’avoir à plaider ».

C’est qu’en croisant bien involontairement la route des anciens médias, les blogueurs se heurtent à une logique différente de celle à laquelle ils sont habitués. Pour les participants du Web 2.0, la discussion est naturellement démocratique, contradictoire et instantanée. C’est l’alpha et l’oméga de sa légitimité. Dans des institutions plus traditionnelles, dont les institutions juridiques sont un archétype, la discussion est inégale, hiérarchisée, étalée dans le temps et distanciée.

En prenant de l’ampleur et de l’influence, les discussions des nouveaux médias ont donc fini par s’étendre sur des terres à elles inconnues, où prospèrent d’autres sources de légitimité. A la frontière de mondes qui ne se comprennent pas encore, les conflits et anicroches sont en train tout naturellement de se développer. C’est la source des événement que nous observons aujourd’hui. C’est aussi la raison pour laquelle ils ne sont pas prêts de cesser.

Quelle que soit leur faiblesse et leur vacuité, ces assauts juridiques sur le Web 2.0 ne sont doncpas le fait du hasard; ils résultent d’un conflit de légitimité. La croissance et le développement du Web ne peuvent que les multiplier.

Il est utile et nécessaire que les participants du Web se mobilisent sur le sujet. Non seulement qu’ils expliquent et défendent leurs principes, mais aussi qu’ils cherchent à mieux comprendre la logique qui leur est opposée.

C’est ainsi que l’on tirera le meilleur parti d’un conflit inévitable, que les nouveaux médias ne pourront pas ne pas emporter, mais qu’ils devront rendre utile et profitable à la collectivité.

Publicités

9 Réponses to “Par delà le conflit de légitimité”

  1. tonton Says:

    Et pas encore un bloggueur juriste ou avocat qui n’ait commencé à structurer une communauté de réactions ou à mettre en réseau-nance les avanies de chacun ?
    Au moins un forum alors, non ?
    Mais que fait le Ninternet ???

    Je blague car je ne doute pas un instant que c’est ce qui va se passer: à l’instar des billets que l’on voit fleurir et de l’émotion que l’on sent monter, la comunauté des bloggueurs va se doter de réflexes, de points de références, d’une histoire, bref de normes et de jurisprudences connues. Sans doute faudra-t-il pour commencer que quelques bloggueurs osent aller au carton, mais ça a déjà débuté (cf. Askolovitch…)
    Là encore, comme la Loi et même plus qu’elle, la pratique du droit ne fait que suivre et acompagner la vague de la société.

  2. cratyle Says:

    Oui – clairement un rôle particulier pour les blogs juridiques, et qui mérite un ajout au billet – il serait bien dommage de se mettre à dos l’ensemble de la communauté blogo-juridique après avoir parié sur le rôle éminent qu’elle allait jouer…

  3. Nicolas Says:

    Moi aussi j’ai été attaqué ! Véridique. Mais je n’en fais pas étalage. Dans nos blogs, on dit du mal des gens, il ne faut pas s’étonner qu’ils se plaignent !
    L’important est de ne pas être condamné (pour ce qui me concerne, la plainte a été retirée lundi) : on est là chez soi, peinard à écrire des trucs dans le blog, ça met la pression sur les gens. Il ne faut pas refuser d’en subir à son tour !

  4. cratyle Says:

    Nicolas – D’accord avec toi, cela n’a rien d’étonnant. Pour autant, tout le monde ne comprend ni ne suscite cette pression de la même manière. Dans le cas d’Eric Dupin, c’est le référencement automatique d’un contenu qui est à l’origine du problème – on est bien loin d’un papier de blog un peu agressif.

  5. fanette Says:

    Oui, les faits retenus contre Eric Dupin sont vraiment légers, non? Il n’ arien écrit, il gère un site d’agrégation de contenu.

  6. Nicolas Says:

    Cratyle,

    On ne le prend jamais bien ! Je n’avais rien dit et ne risquais rien mais la perspective de démarche, de consultation d’avocat, … n’est pas drôle !

    Fanette,

    Il est quand même responsable de ce qui est écrit sur son site.

  7. cratyle Says:

    Cela ramène au commentaire de Tonton sur l’intérêt de structurer la blogosphère face aux attaques juridiques – pour défendre et rassurer les blogueurs autant que pour établir les lignes de responsabilité

    Nicolas – si les agrégateurs étaient systématiquement tenus pour responsables du contenu qu’il agrègent, Google aurait du cesser ses activités depuis bien longtemps…

  8. Oppossum Says:

    Au sein d’attaques disproportionnées (mais comment graduer ?) contre certains sites, il y a probablement des comportements d’intimidation assez répugnants et libertifères.
    Mais un blog n’est pas un salon privé. La blogspère n’est pas une galaxie hors de la société, des autres.
    Et la douce candeur , un peu hypocrite, du bloggeur innocent porteur de la raison et délivrant la vérité et face à un monde de brutes, me fait sourire.

    L’intox -bien calibré- (comme l’enfer), c’est toujours les autres.

  9. cratyle Says:

    En même temps, la force et le sens du web participatif, c’est sa collectivité. C’est elle qui fait émerger ou disparaitre les opinions et les avis, qui fait d’un blog un forum de discussion publique ou un salon privé.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :